Le « projet associatif » : Un outil au service du développement des associations de Vol à Voile

projet

D

évelopper une association de vol à Voile est très souvent un vœu partagé par beaucoup de ses adhérents ; surtout lorsque l’on est à la buvette et que l’on discute de façon générale...

La mise en œuvre d’un projet de développement concret est quant à lui beaucoup plus difficile car il va forcément modifier les habitudes, faire évoluer les rapports entre les adhérents.

Réussir à développer l’association passe la mise en œuvre d’une méthode et l’utilisation d’outils. Dans cet article l’AEDEVV vous propose d’aborder la notion de « Projet associatif » qui constitue un excellent outil pour aider à développer l’association

 

 

 

 

Qu’est-ce qu’un « Projet Associatif » ?

 

Le Projet Associatif  est un document qui synthétise le résultat d’une réflexion collective des membres d’une association, à un moment de son histoire, en répondant globalement à 3 grandes questions :

1. Qui sommes-nous ?

  • Quelles sont les « valeurs » communes qui nous rassemblent ?
  • Pourquoi nous associer ?
  • Quel est ou quels sont les objets de l’association ?
  • Etc…

2. Vers quoi voulons-nous aller ensemble ?

  • Développement ou stabilité ?
  • Développement du salariat ou 100% de bénévolat ?
  • Evolution du parc planeur ?
  • Financement ?
  • Organisation d’une journée de Vol à voile, planning ?
  • Etc…

3. Comment voulons-nous y aller ?

  • Quels sont les projets stratégiques ?
  • Quels projets prioritaires ?
  • Qui fait quoi ? quel organigramme ? comment s’articule les contributions des uns avec celles des autres (salariés, bénévoles, adhérents) ?
  • Etc…

Le projet est un document de quelques pages et doit se lire en 15 minutes maximum. Peu importe sa forme, qui doit être adaptée aux besoins des membres : Il doit rester un outil simple et concret qui stabilise une direction vers laquelle l’association a décidé d’aller à un moment de son histoire.

 

A quoi ça sert ?

 

1. Rendre explicite une ligne directrice la plus partagée possible :

Comment fédérer, associer des membres qui ne savent pas dans quelle direction va ou souhaite aller le Président ou le bureau de l’association ?

Très difficile et dangereux. Le danger se situe dans le fait que chacun développera alors sa propre vision de ce « qui est bon pour l’association » et que cette vision se heurtera alors à celle d’autres membres qui verront les choses différemment. C’est alors la porte ouverte au développement de clans, certains diront de "factions", qui vont entrer en concurrence ou en lutte pour imposer consciemment ou inconsciemment leur vision.

Le développement de conflits internes à l’association est une des causes principales de perte des nouveaux adhérents qui ne trouveront pas leur place et ressentiront les tensions. L’énergie qui sera consommée dans les conflits ne sera pas mise au service du développement.

La clarification du projet permettra plus facilement d’intégrer les nouveaux adhérents qui comprendront vers quoi souhaite tendre l’association. Elle permettra aux personnes dotées d’une capacité d’adaptation d’ajuster leurs comportements et leurs actions.

La clarification a aussi souvent un effet inattendu en permettant à certaines personnes de se révéler : On agit pour le projet : On n’agit plus pour le bon vouloir du Président ou du Bureau.

 

2. « Donner du sens à l’action » en formalisant la raison d’agir au sein de l’association:

Comment développer le bénévolat et l’implication dans l’association si les actions ne font pas sens ? Très difficile, voir impossible en 2015. Les actions bénévoles doivent « faire sens », elles doivent être en lien avec un projet clarifié.

Exemples :

  • je vais accepter de passer du temps à faire des vols d’initiation parce que je sais que cela va aider l’association à financer l’achat d’un nouveau planeur qui correspond à nos besoins.
  • Je vais participer à la journée « Handi » parce que c’est notre projet de développer l’ouverture de l’association aux personnes à mobilité réduite et que cela me permet de me sentir en conformité avec mes valeurs humanistes.

 

3. Faire le point:

Si on continue sur notre lancée avec notre fonctionnement actuel, comment se portera l’association dans 5 ans ?

Cette question mérite d’être posée. La moyenne d’âge des dirigeants est élevée : il suffit de parcourir les assemblées en regardant la couleur des cheveux des personnes présentes…Les adhérents qui portent les compétences de l’association sont-ils éternels ? : bien-sûr non… et la transmission de la compétence peut prendre plusieurs année. Et le parc planeur qui lui aussi vieillit…comment le renouveler et conserver son attractivité ?

Faire le point et se poser quelques heures pour réfléchir à 5 ans est nécessaire pour éviter de subir au quotidien les évènements.

 

4. Présenter l’association et communiquer vers l’extérieur:

La préservation de nos plateformes et de nos infrastructures ou l’obtention de subventions passent par un ancrage local fort qui nous préservera et nous défendra le moment venu. Il est donc nécessaire de convaincre nos partenaires de l’intérêt de nous aider. Le projet associatif est un instrument de communication qui démontre la vivacité de l’association.

 

Comment construire son projet associatif ?

 

A chaque association, sa méthode. Ce qui est important, c’est que la méthode soit adaptée aux besoins de l’association et fasse l’objet du plus large consensus possible. Dans les principales étapes, on peut citer :

Etape 0 : Avant de commencer : 

  • Valider l’intérêt d’écrire le projet associatif 

Cette validation doit être prise en Conseil d’administration : Il ne faut pas entreprendre cette démarche sans un large consensus au départ, car le désintérêt de certains « plomberait » alors les résultats de la démarche avec la création de conflits : résultat inverse de ce qui est recherché.

  • Définir qui participe aux échanges puis à l’écriture du projet ?

La réflexion sur la méthode prend un peu de temps. Comme indiqué ci-dessus : ce qui compte c’est que la méthode colle aux besoins. A titre d’exemple ; 2 méthodes qui ont été utilisées par des membres de l’AEDEVV :

Exemple 1 : Le questionnaire en ligne de Google (Google forms)

Accompagné d’un message expliquant la démarche, le lien vers un questionnaire en ligne est envoyé à chacun des adhérents avec des questions qui permettent de comprendre les perceptions de chacun « à date » et les souhaits d’évolution du fonctionnement de l’association.

Après dépouillement, une réunion plénière est organisée et permet la mise en commun des résultats et la réalisation d’analyses complémentaires. Des groupes de travail peuvent alors être formés pour approfondir tel ou tel aspect.

Exemple 2 : Réunion de travail organisée dans les locaux de l’association en 3 temps :

      • Présentation de la démarche et de la méthode de la réunion
      • Réflexion individuelle sur un support préparé à l’avance :
        • Forces / Faiblesses de l’association
        • Opportunités / Risques
      • Mise en commun

 

Etape 1 : Réflexion sur « qui sommes-nous ? » :

Avant de penser à l’avenir, il est nécessaire de faire la « photo » du fonctionnement de l’association et comprendre les visions de chacun : cela évite de construire un projet sur les bases d’une analyse qui ne serait pas conforme à la réalité. Voici quelques exemples de questions qui peuvent être abordées lors de cette phase :

    • Quelles sont les valeurs qui nous rassemblent ?
    • Que faisons-nous ensemble ?
    • Que représentons-nous aujourd’hui ?
    • Quels sont nos points forts et nos points faibles ?
    • Le parc planeur te parait-il adapté aux besoins ?
    • Quelle perception as-tu de l’organisation de l’école de pilotage ?
    • Es-tu intéressé pour voler en hiver et faire des tours de piste afin de te perfectionner en précision d’atterrissage : Exemple : vent de travers, exercice de casse câble, prise de terrain à contre QFU…
    • Est-ce que l’instruction doit continuer à fonctionner en hiver en proposant le samedi des petites formations théoriques : exemple : les espaces aériens, le fonctionnement des instruments de bord du planeur, perfectionnement prévision météo…
    • Es-tu intéressé pour participer aux opérations d’entretien en hiver ?
    • Comment vois-tu l’organisation de l’entretien des planeurs ?
    • Quel temps es-tu en prêt à consacrer à des tâches bénévole ?
    • Etc…

 

Etape 2 : construire le projet : « Vers quoi voulons nous aller ? » :

Le travail de rédaction peut être réparti par commissions ou pris en charge par un petit groupe.

Lors de la rédaction, apparaitront très certainement différentes possibilités d’orientations; différentes priorités. Il est important que les rédacteurs ne tranchent pas à ce stade mais appondissent différentes hypothèses qui se feraient jour afin de préparer des prises de décision par le Conseil d’Administration de l’association.

Ce projet devra répondre aux questions suivantes :

    • A quels besoins exprimés lors de l’étape 1 souhaitons-nous essayer de répondre ?
    • Que visons-nous pour notre association ?
    • Quels sont les investissements nécessaires ?

 

Etape 3 : Définir la mise en œuvre du projet associatif : « Comment voulons nous  y aller ? » :

Le projet associatif pourra être décliné en projets généraux et en actions à entreprendre : Exemples :

    • Informer les adhérents sur les « valeurs » de l’association
    • Faire évoluer le règlement intérieur
    • Faire le point sur les aides à l’embauche d’un salarié
    • Développer des projets « Vu du Ciel »
    • Développer des entretiens entre instructeurs et élèves afin clarifier des objectifs et aider les élèves à progresser
    • Vendre tel planeur
    • Fidéliser les membres

Très vite, on se rend compte que certains projets sont exprimés de façon trop générale pour être mis en œuvre directement, que certaines actions se ressemblent ou relèvent d’un même projet et qu’enfin, l’association ne pourra pas tout mettre en œuvre en parallèle. Il sera donc nécessaire de hiérarchiser les projets :

    • Quels sont les projets prioritaires ?
    • Quels sont les projets qui ont le plus d’impact ?

La réflexion puis la décision sur la priorisation des projets fait partie intégrante de la démarche.

Le plan d’investissement et le plan de financement (réaliste) correspondant sont des éléments à ne pas oublier.

 

Etape 4 : Valider le projet puis communiquer auprès de l’ensemble des membres de l’association :

Il est fondamental que Le projet associatif fasse l’objet d’une acceptation par le Conseil d’Administration de l’association. Cette acceptation donne de l’importance au projet et engage.

Après cette phase, il restera une phase importante : celle d’expliquer le projet à l’ensemble des membres et des salariés de l’association. Ce n’est pas l’étape la plus simple. Si certains adhérents mettent en œuvre le projet en s’appropriant « les valeurs » et le mode de fonctionnement souhaité, cela risquera de mettre beaucoup plus en évidence les comportements de certains « hors projet » et ou « hors valeurs ».

Il sera alors important de prendre le temps d’expliquer ; « de vendre » le projet pour éviter une marginalisation de certains adhérents

 

Un exemple de document de projet est accessible par ce lien. N'hésitez pas à le consulter.