Recette et astuces pour mobiliser les bénévoles

art001 photo1Daprès certains, il semblerait que « le bénévole(1) » soit une espère en voie de disparition, notamment chez les jeunes.

On peut toutefois encore en trouver derrière le comptoir des buvettes, dans les cuisines des club-houses, la nuit à convoyer un planeur jusqu’à l’autre bout de l’Europe, armés d’un balai et d’un seau, sur le terrain par 35°C, dans le hangar pas -5°C… Le bénévole est résistant, il a de gros bras, de bonnes jambes et assez souvent le dos large.

Voici donc quelques conseils simples pour préserver l’espèce et favoriser sa reproduction.   

 

 

Confiez-lui des responsabilités 

Le bénévole est un être pensant : il a des idées sur le fonctionnement de l’association. Consultez-le, retenez ses suggestions, associez-le aux décisions. N’hésitez pas à lui confier totalement la responsabilité d’une tâche, d’une équipe, d’un budget, avant d’en faire un membre du CA et même un(e) futur(e) président(e). 

Informez-le largement

Le bénévole a besoin de savoir à quoi il sert : informez-le, en toute transparence, des enjeux du projet, des difficultés que vous rencontrez ou des avancées, des démarches auprès des partenaires, du  budget. Si certains ne peuvent assister à une réunion, pensez à leur adresser un compte-rendu ou prenez le temps de les appeler pour les associer. 

Cernez ce qu'il attend de l'association 

Le bénévole est un membre à part entière de l’association : il partage son projet. A l’origine, il est donc motivé. Comment faire pour que cet état de grâce dure ? Il faut d’abord cerner ce qu’il attend de son investissement. Bien souvent, la valorisation individuelle, la possibilité de rencontres enrichissantes, la prise de responsabilités, le sentiment de se rendre utile sont les clés de la motivation des bénévoles qui s’investissent dans l’association. 

Identifiez ses compétences art001 photo2

Le bénévole a des qualités et des compétences : il faut les connaitre, les valoriser et les utiliser. Untel dessine et pourra réaliser une affiche, tel autre aime les chiffres, celui-là adore cuisiner, celui-ci sait se servir d’un ordinateur. De plus, le bénévole connait du monde et cela peut aider l’association. Evitez toutefois de le mettre mal à l’aise en lui demandant de solliciter son beau-frère banquier et surtout ne lui faite pas faire ce qu’il fait toute la journée, le bénévole n’est pas à l’association pour faire un deuxième travail non payé. Evitez de lui confier la même chose que ce qu’il fait toute la semaine. Pensez aux moments de convivialité avant et après le travail. Prévoyez également, une fois dans l’année : repas, sorties ou fêtes. Sauf cas extrême de masochisme, le bénévole est là aussi pour se faire plaisir. 

Formez-le  

Malgré sa polyvalence innée, le bénévole ne sait pas obligatoirement tout faire. Il peut avoir besoin d’accompagnement, voire de formation. On pourrait ainsi l’aider en lui proposant de travailler en doublette ou en lui fournissant des petites vidéos formatrices (à venir sur le Campus de l’AEDEVV).

Respectez son temps libre 

Le bénévole a une vie en dehors de l’association : respectez-la en évitant de coller systématiquement les réunions le jour de son entrainement de natation ou de sa répétition de chorale. On pourra aussi éviter de l’appeler chez lui le soir après 21 heures ou le dimanche matin avant 9 heures. Il n’est pas interdit de demander des nouvelles de sa famille. Le bénévole a besoin de repos ; ne vous inquiétez pas, son départ en vacance n’est pas synonyme de trahison. 

 

art001 photo3Valorisez-le

Même s’il est désintéressé, le bénévole a besoin de reconnaissance. Il est normal de valoriser son travail tant à l’occasion d’un article de presse, qu’en le présentant aux personnalités invitées ou plus directement en appréciant le travail accompli. Pensez aussi à valoriser le temps de travail des bénévoles dans le budget. La reconnaissance, c’est le salaire du bénévole. 

Protégez-le

Les bénévoles ont aussi besoin d'être protégés lorsque les membres exigent d'eux plus qu'il n'est raisonnable. Le Président se doit alors d'intervenir. Cette mise au point doit être rapide, claire et, pour être encore plus efficace, visible des autres bénévoles, surtout des plus gros contributeurs pour lesquels cela sera perçu comme une reconnaissance porteuse de motivation.


(1) - Selon le dictionnaire : Bénévole = adjectif et nom (latin benevolus : celui qui veut du bien). Qui fait quelque chose sans y être obligé, sans en tirer profit.