Journal

Retrouvez ci-dessous tous les articles sur la vie de l'associations, la vie des projets, les dossiers nouvellement publiés.

Rapport Glide'Innovation

Couverture rapport sept 2014

Le rapport issu du projet Glide’Innovation mené par une quinzaine d'étudiants de deuxième année de l’ISAE-SUPAERO dans le cadre de la Semaine Système en septembre 2014 a été validé par les référents techniques de l'ISAE et ceux de l'AEDEVV. Ce document est un approfondissement du Cahier des Charges Global et des Orientations Initiales de Haut Niveau. Il traite le projet Euroglider au travers d'une analyse fonctionnelle complète du planeur, de ses systèmes, de son utilisation et de sa maintenance. 

Des premiers calculs d'intégration des systèmes ont été menés et ont permis de formaliser quelques axes d'approfondissement à étudier dans le cadre des différents projets des étudiants de l'ISAE-SUPAERO et l'ISAE-ENSICA d'ici la fin d'année scolaire.

Comme pour le CGN et les OIHN, ce document reste pour l'instant d'utilisation interne aux partenaires du projet Euroglider...

Euroglider - Constats et naissance d’un projet...

 

Logo Euroglider project ombre 800

 

   

 La génèse du projet

 

Ce projet est né de constats et de questionnements partagés entre vélivoles français et européens, attachés au développement de l'activité mais interpelés par l'érosion générale des effectifs.

    • Si le vol en planeur est toujours aussi génial, pourquoi observe t-on cette évolution permanente à la baisse de nos effectifs ?
    • L’apprentissage du planeur, sous sa forme actuelle, est-il toujours en adéquation avec les évolutions sociétales du moment ?
    • L'accès au plaisir du vol silencieux doit-il continuer à se mériter au prix de contraintes financières importantes (même si des dispositifs ont permis de les diminuer) et d'une formation initiale lourde ?
    • Qu’est-ce qui rend plus difficile l’apprentissage du planeur par rapport à celui d'autres activités aéronautiques comme l’avion ou l’ULM ?
    • Pourquoi s’obliger à attendre les périodes d'ascendances pour y concentrer toute notre activité de formation de début ?
    • Si un élève a une disponibilité à un moment donné, pourquoi être contraint à devoir réunir des moyens matériels et humains (pilotes remorqueurs ou treuilleurs, équipe en piste, etc.), souvent lourds et pas toujours faciles à rassembler, afin de pouvoir l’accueillir ?
  • Avec quelles conséquences et effets ?

    • En excluant dans la plupart des cas l’intersaison, les jours de semaine, les matinées, les après midis ou « ça ne monte pas », etc., nous concentrons toute notre activité, y compris celle de début, dans une partie trop infime du temps disponible. L'accès au vol à voile est donc trop souvent synonyme d'attentes, de chronophagie et donc d'abandon.
    • Qui dit concentration dit obligation d’un « suréquipement» afin de pouvoir faire face au moment « t » avec ses effets financiers et toujours plus de sollicitation des ressources bénévoles.
  •  Les matériels actuellement disponibles sur le marché sont-ils une réponse ? Pas vraiment...

    • Certes, l’utilisation des treuils ou des remorqueurs ULM a apporté un réel plus. Cependant, ces dispositifs ont essentiellement aidé financièrement. Les difficultés d’organisation et de « déconcentration » pour ouvrir les plages de temps disponibles pour la formation de début n’ont pas disparu pour autant.
    • Les moto planeurs à motorisation fixe, comme ceux de la famille des « SF », sont financièrement accessibles et réapparaissent de ce fait dans les clubs. Malheureusement, d'une génération ancienne et nécessitant un entretien particulier, ils ne reproduisent pas totalement le pilotage du planeur pur et permettent difficilement l'apprentissage du vol à voile.
    • Des planeurs biplaces « classiques » à dispositifs d'envol rétractables (DG500M ou Twin II ou Twin III SL) sont aussi disponibles mais finalement très peu répandus. Avec des coûts d’acquisition élevés et des mises en oeuvre et maintenances plus complexes, ils ne sont pas non plus forcément adaptés à l’enchainement des phases de début.
    • Des biplaces ULM motorisés (par énérgie thermique ou électrique) à grand allongement ont également fait leur apparition. Cependant, ce sont, pour la plupart, de belles machines performantes mais peu adaptées pour l'école de début avec 2 pilotes de taille et de poids « normaux ». Leur coût final demeure par ailleurs assez élevé pour la plupart des budgets clubs.

 

 Une réponse ambitieuse et pragmatique en 3 étapes

Euroglider - Découpage technique et référents

 

Les activités d'études sur le projet Euroglider s'articulent autours de 4 domaines. Pour chacun de ces domaines, l'AEDEVV et Dassault Aviation ont défini des référents techniques chargés d'accompagnés les enseignants-cherchers et leurs étudiants impliqués au sein de l'ISAE-SUPAERO, l'ISAE-ENSMA, l'ESTACA ou l'Ecole de l'Air

Spécifications de mise en œuvre et d’utilisation

  • Mise en œuvre et utilisation dans l'activité club
  • Domaine de vol et performances
  • Ergonomie et interface homme-système
  • Pilotage
  • Maintenance (service à l'utilisateur)

Référents AEDEVV
Jean-Marc Caillard (ancien chef-pilote du CNVV et double champion du monde), Noël Bravo (cadre fédéral, formateur d'instructeurs)
Référent Dassault Aviation
Julien Henry (Responsable de la coopération enseignement - vélivole à Chartres et ancien champion du monde)

Préparer le rapport d'activité de l'association avec le GIVAV et EXCEL

photo 1L’assemblée générale ordinaire est un moment fort de la vie associative. C’est à la fois l’heure du bilan, un moment d’échange et l’occasion de se projeter vers l’avenir.

La présentation de l’activité constitue un moment privilégié parce qu’il permet à chacun de revivre pendant quelques instants la saison passée en resituant sa pratique par rapport à celle de ses collègues.

Préparer l’AG prend du temps, mais grâce au GIVAV, ce temps peut être considérablement réduit par l’utilisation de fonctionnalités d’export et l’utilisation du tableau EXCEL « Synthèse GIVAV HDV » mis à disposition par l'AEDEVV et téléchargeable en utilisant ce lien

 

e-learning, MOOCs, LMS - En transition vers les nouveaux outils d’aide à l’apprentissage et à la formation en Vol à Voile

art004 photo1

Si le mot « e-learning » est connu par beaucoup d’entre nous, peu de personnes sont en mesure d’expliquer de façon détaillée ce qu'il recouvre en termes concepts, d’outils, de méthodes. Certains vous expliqueront qu’il s’agit de documents de type PowerPoint ou des documents vidéos « téléchargeables » qui peuvent être visualisés sur ordinateur… Certes, ils n’auront pas tout à fait tort, mais cette définition n’en demeurera pas moins très réductrice.

La mise en place de formations accessibles sur ordinateur « e-learning » s’appuie sur l’utilisation d’un logiciel de type « LMS », acronyme de Learning Management System. Ces logiciels, payants ou gratuits offrent aux formateurs une boite à outil très complète de fonctionnalités complémentaires qui leur permettent de mettre en place un véritable « campus » virtuel.

Sans trop entrer dans le détail, vous retrouverez dans ces logiciels les fonctionnalités suivantes :

  • la gestion de cours, composés de séquences pédagogiques avec le contrôle des inscriptions, le suivi du temps passé par les élèves, le suivi des résultats des élèves aux exercices ;
  • le stockage organisé des exposés (documents PDF, vidéo, PowerPoint, lien vers des vidéos…) ;
  • la création de QCM avec de multiples variantes de forme ;
  • la construction de parcours pédagogiques structurés avec des exposés, des QCM, des possibilités de remise de travaux au formateur… et la possibilité de n’accéder aux séquences pédagogiques que si les séquences précédentes sont assimilées ;
  • différents outils de communications entre les formateurs et les élèves : chat, messagerie interne, blog…
  • la création d’une bibliothèque de type wiki ;
  • la possibilité de réaliser des vidéoconférences ;
  • une gestion d’agenda qui peut permettre d’organiser les formations dans le temps.

 

Mais avant d’aller plus loin, voici une petite démonstration du résultat produit par un LMS. 

Pour que cela soit parlant, prenons comme base de matière un domaine qui nous est familier : la formation théorique en vol à voile.

Précisons tout de suite qu’il n’est pas dans ce propos de toucher au contenu de la formation lui même, mais seulement de voir ce que de nouvelles méthodologies pédagogiques peuvent apporter.

 

 

 

 

""